L’UQTR décerne un doctorat honorifique au directeur de l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne

Print Friendly

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a procédé jeudi à la remise officielle d’un doctorat honoris causa de l’Université du Québec au professeur Pierre Margot, directeur de l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne. Cette distinction a été attribuée à l’occasion du Colloque international sur la criminalistique, tenu du 10 au 13 septembre à l’École nationale de police du Québec (Nicolet).

Sylvie Beauchamp, présidente de l'Université du Québec, Pierre Margot, directeur de l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne et Nadia Ghazzali, rectrice de l'UQTR. (Photo Daniel Jalbert)

Sylvie Beauchamp, présidente de l’Université du Québec, Pierre Margot, directeur de l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne et Nadia Ghazzali, rectrice de l’UQTR. (Photo Daniel Jalbert)

«Par l’octroi de ce doctorat honorifique, nous souhaitons souligner les réalisations exceptionnelles du professeur Margot dans le développement de la formation et de la recherche en criminalistique. Jouissant d’une reconnaissance internationale, M. Margot a contribué de façon remarquable au progrès de sa discipline, présentant un parcours intellectuel impressionnant. La qualité de ses travaux, inspirant étudiants et chercheurs, le place parmi les figures dominantes du secteur des sciences criminelles. Son importante contribution à l’implantation du profil criminalistique du baccalauréat en chimie à l’UQTR lui vaut également toute notre reconnaissance », de commenter Mme Nadia Ghazzali, rectrice de l’UQTR.

Une carrière hors du commun

M. Pierre Margot est titulaire d’un doctorat en Forensic Science de l’Université de Strathclyde (Écosse). Professeur à l’Université de Lausanne (Suisse) depuis 1986, il y cumule également les fonctions de vice-doyen de la Faculté de droit et des sciences criminelles et de directeur de l’École des sciences criminelles.

Depuis son arrivée à l’Université de Lausanne, le professeur Margot a donné une impulsion majeure à la formation et la recherche en criminalistique. Il est à la source du rayonnement à travers le monde de l’École des sciences criminelles, laquelle est citée en exemple en son domaine d’expertise. Il a aussi contribué à la formation de quelques-uns des plus grands spécialistes de la criminalistique.

Véritable pionnier, M. Margot a fait de l’École des sciences criminelles le foyer central d’une réflexion sur la criminalistique, en tant que discipline scientifique autonome s’articulant autour de la trace, vestige et témoin silencieux d’une action criminelle ou accidentelle. Il a su mettre la recherche et les considérations scientifiques au coeur de la criminalistique, toujours dans une perspective replaçant l’étude de la trace à l’intersection du droit, de la police et de la science.

Les instigateurs du projet du profil criminalistique du baccalauréat en chimie en compagnie de Pierre Margot. Rémi Tremblay,  retraité de l'UQTR, André Paradis, retraité de l'UQTR et Sylvain Delisle, vice-recteur aux études et à la formation. (Photo Daniel Jalbert)

Les principaux instigateurs du projet du profil criminalistique du baccalauréat en chimie, en compagnie de Pierre Margot: Rémi Tremblay, retraité de l’UQTR, André Paradis, retraité de l’UQTR et Sylvain Delisle, vice-recteur aux études et à la formation. (Photo Daniel Jalbert)

Sollicité à de nombreuses reprises pour l’analyse de causes criminelles passées à l’histoire, M. Margot a prononcé des conférences partout dans le monde. Il s’est démarqué par ses nombreuses publications, sa participation à plusieurs comités d’experts et son engagement auprès d’importantes sociétés savantes. Il a créé des outils fondamentaux pour les spécialistes en criminalistique. Précurseur dans le domaine des empreintes digitales, il a notamment contribué à l’invention de la lampe Polilight – permettant de révéler et visualiser diverses traces – qui a révolutionné le monde de l’enquête scientifique.

En 2011, le professeur Pierre Margot a reçu la prestigieuse médaille Douglas M. Lucas, plus haute distinction dans le domaine de la criminalistique, remise par l’American Academy of Forensic Sciences.

Doctorat honorifique

Le doctorat honoris causa est octroyé par l’UQTR à des lauréats de grande renommée dont le parcours s’avère hautement représentatif des valeurs éducatives promues par l’Université. Ces personnes se signalent pour leur apport scientifique, social, culturel, artistique ou humanitaire exceptionnel. Elles se distinguent également par l’impact et la notoriété de leurs réalisations, la valeur exemplaire de leur cheminement ainsi que l’ampleur de leur contribution au progrès de la société.

Pour en apprendre davantage sur le programme de baccalauréat en chimie, profil criminalistique