Soulager la douleur chronique sans médicaments

Dans les pays industrialisés, une personne sur cinq souffre de douleur chronique, reliée à différents maux (migraines, fibromyalgie, problèmes de dos, etc.). Pour certains, cette douleur ne trouve aucun soulagement, malgré le recours à des médicaments ou à différents traitements. Que reste-t-il alors pour apaiser la douleur chronique? Œuvrant au Département de psychologie de l’UQTR, le professeur Frédérick Dionne propose une approche innovante, combinant la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) et la méditation de pleine conscience. Cette stratégie, dont l’efficacité thérapeutique a déjà été scientifiquement démontrée, vise à aider les personnes atteintes de douleur chronique à agir et vivre différemment avec leur souffrance.

M. Frédérick Dionne, professeur au Département de psychologie de l’UQTR. (photo : Daniel Jalbert)

Frédérick Dionne, professeur au Département de psychologie de l’UQTR. (Photo : Daniel Jalbert)

«Depuis les années 70, on traite la douleur non seulement du point de vue physique, mais également en fonction d’aspects psychologiques et sociaux. Avec le temps, les chercheurs en psychologie ont constaté que les meilleurs résultats concernant la prévention et le traitement de la douleur chronique sont obtenus avec des approches favorisant l’acceptation de la douleur et l’engagement dans des activités en lien avec les valeurs personnelles», d’expliquer le professeur Dionne, qui a notamment œuvré à titre de psychologue clinicien au Centre d’expertise en gestion de la douleur chronique du CHU de Québec.

Accepter et agirencadre meditation

Suivant l’approche préconisée par le chercheur, la personne atteinte de douleur chronique doit réaliser que sa douleur, d’abord physique, présente aussi une composante émotionnelle influençant son moral. À partir de là, il devient possible d’agir sur sa propre souffrance, avec l’aide de différents outils. La méditation de pleine conscience (voir encadré) permet de poser un regard nouveau sur les choses, d’observer ses pensées et d’apprivoiser la douleur. D’autre part, l’ACT (voir encadré) facilite l’accueil de la douleur et le passage à l’action, dans des activités motivantes et respectant le rythme de la personne.

«Lutter contre la douleur demande beaucoup d’énergie et génère de la souffrance, signale le professeur Dionne. En cessant de vouloir contrôler la douleur à tout prix et en l’acceptant, il est possible de mieux s’en libérer et d’entraîner le cerveau et le corps à une nouvelle attitude. Cependant, accepter ne veut pas dire être passif, ni s’avouer vaincu ou abandonner, ni cesser d’espérer. L’acceptation de la douleur signifie ici investir ses énergies dans sa qualité de vie et demeurer actif même en présence de douleur, en conservant une attitude réaliste face à cette dernière.»encadre ACT

Pour continuer ses activités malgré la douleur, il est nécessaire de cibler des occupations importantes pour soi, qui trouvent leur source dans des valeurs personnelles. «C’est le moteur de la motivation. Il devient alors possible de consentir à ressentir une certaine douleur, afin de mener à bien ses activités. La personne peut alors dire : j’ai mal, mais au moins j’ai mal pour quelque chose. L’expérience de la douleur devient associée à un élément positif. La douleur est encore là mais la souffrance, elle, diminue. Il faut aussi être sensible aux pensées qui surviennent et accueillir les sensations douloureuses sans jugement, avec bienveillance», ajoute M. Dionne.

Bienfaits validés

Les deux approches proposées par le professeur Dionne (méditation de pleine conscience et ACT) ont été validées par les scientifiques. Récemment, l’ACT a été reconnue par la Société américaine de psychologie (APA) comme un traitement efficace de la douleur chronique et des symptômes associés. Selon l’APA, l’ACT contribuerait à l’amélioration du fonctionnement général des personnes souffrant de douleur chronique, favorisant la gestion des états internes (émotions désagréables, sensations douloureuses).

En ce qui concerne les approches méditatives basées sur la pleine conscience, elles sont également reconnues comme efficaces dans le traitement de la douleur, notamment lorsque combinées à l’ACT. Elles augmenteraient la tolérance à la douleur, qu’elles soient pratiquées par un débutant ou un expert.

«Comme son nom l’indique, la douleur chronique revient toujours. À long terme, il devient donc plus viable et moins souffrant d’opter pour une approche thérapeutique qui préconise l’acceptation plutôt que la lutte», souligne le professeur Dionne.

Livre et site Web

Pour passer de la théorie à la pratique et aider concrètement les personnes souffrant de douleur chronique, le professeur Frédérick Dionne a publié récemment, ici et en France, un livre intitulé Libérez-vous de la douleur par la méditation et l’ACT. Cet ouvrage, novateur dans le monde francophone, vulgarise l’approche thérapeutique proposée et suggère une série d’exercices simples et faciles à intégrer dans le quotidien (observation des pensées, sensations, émotions et comportements, concentration sur la respiration, prise de contact avec le corps, journal de méditation, plan d’action, etc.). Un site Web www.liberezvousdeladouleur.comm d’accès gratuit offre également un grand nombre d’exercices (méditation ou autre), en format audio ou écrit.