Semaine de la prévention du suicide

Saviez-vous que, depuis 2013, les membres de la communauté universitaire peuvent compter sur le support de l’équipe des Sentinelles pour apporter des actions concrètes en prévention du suicide?

Dans le cadre de la 27e Semaine nationale de prévention du suicide qui se déroulera du dimanche 29 janvier au samedi 4 février 2017, nous tenons à vous rappeler que les sentinelle sont présentes pour vous.

Qu’est-ce qu’une sentinelle?

Une sentinelle est une personne intéressée à s’impliquer en prévention du suicide. C’est une personne disposée à recevoir les confidences de son entourage, qui sait faire preuve de vigilance, qui a de bonnes capacités d’accueil et d’écoute et qui a naturellement le goût d’aider. Une sentinelle n’est pas recrutée sur la base de ses connaissances et de ses habiletés professionnelles et elle ne doit pas non plus se substituer à un intervenant professionnel. Elle doit plutôt diriger la personne en détresse ou son entourage vers les ressources en prévention du suicide, en fait elle assure le lien entre la personne suicidaire et les intervenants.

Quelques sentinelles du réseau de l’UQTR : En haut de la gauche : Daniel Lepage, France Bolduc, Diane Désy, Ginette Bordeleau, Daniel Bellefleur. Milieu : Lyne Tardif, Nathalie Cardinal, Anne Marie Hivon, Hélène Francoeur, Valérie Larose, Véronique Lagacé. En bas, de la gauche : Johanne Cyr, Nicole Hivon, Marc Godbout, Chantal Turgeon, Céline Leblanc.

Pour consulter la liste des Sentinelles, cliquez ici.

 

Quel est le rôle d’une sentinelle?

Le rôle de la sentinelle est de dépister, guider et orienter les personnes suicidaires vers les ressources appropriées ainsi que leur entourage. On peut comparer le rôle d’une sentinelle à celui d’une personne qui donne les premiers soins, qui agit promptement, qui assure un soutien en attendant que les spécialistes prennent la relève. Ce rôle est bénévole, informel et confidentiel et s’accomplit dans le cadre de ses activités habituelles.

Le rôle de sentinelle se résume ainsi :

  • reconnaître les signes de détresse;
  • recueillir l’information (présence d’idées suicidaires);
  • évaluer l’urgence de la situation et les besoins de la personne mais pas le potentiel suicidaire (c’est le rôle de l’intervenant);
  • diriger la personne en détresse vers une ressource spécialisée et transmettre l’information à l’intervenant.

Une sentinelle ne porte pas seule la responsabilité d’intervenir et doit faire valider ses démarches par un intervenant du Centre de prévention suicide. Elle obtient également du soutien de cet organisme, ce qui lui permet d’évacuer le stress et la tension reliés à son rôle. Pour ceux et celles qui font partie d’un ordre professionnel, une formation d’intervenant est disponible.

 

Pour joindre Prévention Suicide 24h/24: 1-866-APPELLE

Pour plus d’information, nous vous invitons à consulter le www.uqtr.ca/sentinelles.

 

Nouvelles sentinelles en prévention du suicide au campus de Drummondville