Des chercheurs en biologie médicale unissent leurs forces pour étudier les maladies psychiatriques

Forts de leur collaboration visant à accélérer la recherche sur les maladies psychiatriques, trois acteurs majeurs du domaine de la biologie médicale de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont uni leurs forces afin de développer un modèle animal permettant l’étude des comportements anxieux et dépressifs.

Éric Asselin et Michel Cyr, professeurs au Département de biologie médicale de l’UQTR.

Le travail, récemment publié dans la revue Frontiers in Molecular Neuroscience et codirigé par les laboratoires des professeurs Michel Cyr, Éric Asselin et Guy Massicotte, a démontré que la délétion génétique du gène Akt-3 induit chez l’animal des comportements anormaux caractéristiques des maladies psychiatriques avec troubles de l’humeur. Or, cette découverte aidera vraisemblablement les chercheurs à développer de meilleurs molécules pour le traitement de nombreuses affections psychiatriques afin de contourner, notamment, les obstacles qui ont à ce jour freiné la mise au point de thérapies ciblées et efficaces.

«Le fardeau des affections psychiatriques sur notre société s’alourdit de plus en plus chaque année et, en tant que pharmacologue, j’espère à terme aider au développement de nouvelles thérapies qui pourront soulager les patients et leurs familles» souligne le Dr Michel Cyr, détenteur de la Chaire de recherche du Canada en neuropharmacologie moléculaire.

Cette initiative illustre bien que des découvertes inédites peuvent se faire par des collaborations entre des chercheurs œuvrant dans des domaines variés comme le cancer et les maladies neurologiques. «En travaillant ensemble, nous avons été en mesure de propulser les sciences de la vie à l’avant-garde du monde entier» indique le Dr Eric Asselin.