L’UQTR reçoit le Prix Panorama du Bureau canadien de l’éducation internationale

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) vient de remporter le Prix Panorama du Bureau canadien de l’éducation internationale (BCEI) pour un programme extraordinaire d’éducation internationale. Cette distinction, qui souligne l’innovation et l’excellence pour la conception, la planification, la mise en œuvre et la gestion de réalisations de grande qualité en éducation internationale, a été remise à l’université trifluvienne pour son projet d’appui à la mise en œuvre du plan d’action de l’Institut national de formation d’action sanitaire et sociale (INFASS) au Gabon. 

Le projet d’envergure, pour lequel l’UQTR recevra officiellement le prix lors du 50e congrès annuel du BCEI en novembre prochain, a débuté en 2011 alors que le gouvernement gabonais prenait l’engagement d’améliorer la qualité des soins de santé offerts à sa population. Pour y parvenir, le pays a entre autres misé sur la restructuration de l’INFASS en faisant passer les programmes de formation au niveau universitaire. C’est l’expertise de l’UQTR, dans les domaines des sciences infirmières, de la psychoéducation, des sciences de l’éducation, de la biologie médicale et de la pratique sage-femme, qui avait alors été sollicitée afin de former des étudiants et des formateurs gabonais.

«Les merveilleux résultats qu’on a obtenus depuis les cinq dernières années avec ce projet, c’est en soi la plus belle récompense que l’on puisse obtenir, mais de voir les efforts de tous les intervenants dans le projet reconnus à l’échelle nationale par le BCEI, je dois avouer que c’est vraiment un immense honneur», se réjouissait Sylvain Benoit, directeur du Bureau de l’international et du recrutement de l’UQTR.

Après 5 ans d’activités, on compte plus de 90 missions sur le terrain et près de 12 500 heures d’intervention effectuées par les professeurs et chargés de cours de l’UQTR, ainsi que par des membres de son réseau de partenaires, incluant les professionnels du milieu de la santé en Mauricie. Au cours de cette période, l’INFASS, avec l’appui de l’UQTR, a également mis en place un programme de deuxième cycle s’adressant à un groupe d’infirmières et d’infirmiers afin de renforcer leurs compétences. À l’automne 2016, l’UQTR s’est réjouie d’accueillir la première enseignante de l’INFASS admise au programme de doctorat en psychoéducation.

Signe que la collaboration fonctionne bien, l’entente entre le gouvernement gabonais et l’UQTR a été renouvelée pour cinq années supplémentaires au printemps dernier.  Cette deuxième phase sera axée sur l’autonomisation des professeurs et des gestionnaires de l’INFASS et devrait se terminer en 2022. Cependant, ce ne sera pas la fin des collaborations entre les deux partenaires qui, déjà, élaborent de nouveaux plans, notamment au niveau de la mobilité étudiante, de la formation continue ainsi que de la recherche.