Les propriétés de papiers structurés en direction Z à base de nanocellulose fibrillée

– Mohamed Ali Charfeddine a soutenu sa thèse en sciences et génie des matériaux lignocellulosiques –

Le blogue d’information En Tête de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) présente le résumé de thèse de doctorat en sciences et génie des matériaux lignocellulosiques de M. Mohamed Ali Charfeddine, intitulée «Les propriétés de papiers structurés en direction Z à base de nanocellulose fibrillée».

De gauche à droite: Jean-Francis Bloch (Pagora – Grenoble-INP), Mohamed Ali Charfeddine, étudiant, et Patrice Mangin (UQTR).

Depuis l’apparition des nouveaux supports médiatiques (tablettes, téléphones intelligents, etc.), la demande du papier journal connaît une forte baisse. Cette baisse a directement affecté les usines de production de la pâte thermomécanique (TMP), le produit de base pour la production du papier journal. Ceci a causé la fermeture de plusieurs usines au Québec, premier producteur mondial de ce type de pâte. Corrélativement les papiers d’emballage connaissent une croissance exceptionnelle. Ces derniers contiennent des pâtes chimiques qui les rendent résistants et possèdent des propriétés barrières que la TMP seule ne peut satisfaire. Parallèlement, la micro-nano cellulose fibrillée (MNFC) constituée de fibres très résistantes de dimension micro (longueur) et nano (largeur) permet de créer des réseaux fibreux avec des propriétés barrières élevées tout en augmentant les propriétés mécaniques. Plusieurs études ont montré que l’ajout de la MNFC dans la masse du papier permet d’améliorer les propriétés mécaniques et que son intégration dans les sauces de couchage réduit la perméabilité des papiers.

L’objectif de cette thèse est de valoriser la TMP par l’ajout de la MNFC afin de créer des nouveaux grades de papier emballage et de développer des connaissances sur l’effet de l’inclusion de la MNFC dans la structure de feuilles de papier TMP, soit de comprendre comment l’ajout d’une couche de MNFC dans l’épaisseur d’un papier pourrait modifier à la fois ses propriétés barrières et mécaniques. La relation entre la structure et les propriétés macroscopiques observées est étudiée. Cette compréhension permettra éventuellement de concevoir et de réaliser des structures avec des propriétés mécaniques et barrières bien contrôlées.

Thèse de doctorat en sciences et génie des matériaux lignocelluloisiques ayant eu lieu le 10 mars 2017

Membres du jury

M. Patrice Mangin, Ph. D., directeur de recherche
Professeur, Université du Québec à Trois-Rivières

M. Jean-Francis Bloch, Ph. D., codirecteur de recherche
Professeur, Pagora/LGP2, Grenoble (France)

M. Bruno Chabot, Ph. D., président du jury
Professeur, Université du Québec à Trois-Rivières

M. Tarik Jabrane, Ph. D., évaluateur externe
Chercheur, Innofibre (Trois-Rivières)

M. Martin Dubé, Ph. D., évaluateur externe
Professeur chercheur, Cégep de Trois-Rivières