Les connexions des cortex sensoriels primaires pour le traitement contextuel et multisensoriel de l’information

– Ian Massé a soutenu sa thèse en psychologie –

Le blogue d’information En Tête de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) présente le résumé de thèse de doctorat en psychologie de M. Ian Massé, intitulée «Les connexions des cortex sensoriels primaires pour le traitement contextuel et multisensoriel de l’information».

M. Ian Massé, doctorant en psychologie.

Les aires sensorielles primaires sont à la croisée des voies ascendantes et descendantes. La théorie du codage prédictif implique que ces aires sont le site de comparaison entre les informations sensorielles attendues en fonction du contexte et l’information qui provient de l’environnement. Afin de mieux comprendre les bases anatomiques de ce modèle nous avons étudié l’ensemble des afférences corticales et sous-corticales du cortex somatosensoriel primaire de la souris. Afin de mieux comprendre les interactions entre les voies visuelles et somatosensorielles nous avons étudié la structure des connexions entre S1 et V1. La perte de la vision modifie les performances discriminatives des autres modalités sensorielles, nous avons ainsi étudié l’effet de l’énucléation néonatale sur le développement des connexions entre ces deux cortex chez la souris.

Le champ de tonneaux de S1 possède des connexions avec des cortex sensoriels des autres modalités, des cortex moteurs, des aires associatives et des noyaux thalamiques propices aux interactions multisensorielles. La connexion de V1 est plus forte avec le champ de tonneaux qu’avec le reste de S1. Cette connexion est asymétrique indiquant que la vision pourrait influencer davantage le traitement de l’information somatosensorielle que l’inverse. La perte de la vision suite à l’énucléation empêche le développement des gros terminaux et les axones de la projection de V1 vers S1 sont réduits.

Ces études démontrent que les projections descendantes sont présentes dans tous les cortex sensoriels primaires de la souris et que ces cortex ne sont pas dédiés à une modalité sensorielle dans le traitement de l’information. Nous montrons aussi que l’influence mutuelle entre les modalités sensorielles n’est pas symétrique. La perte de la vision modifie les liens entre V1 et S1.

Thèse de doctorat en psychologie soutenue le 21 avril 2017

De gauche à droite: Mathieu Piché (UQTR), Johannes A. Frasnelli (UQTR), Denis Boire (UQTR), Ian Massé (UQTR), Gilles Bronchti (UQTR), et Patrice Voss (McGill).

Membres du jury

M. Gilles Bronchti, Ph. D., directeur de recherche
Professeur, Université du Québec à Trois-Rivières

M. Denis Boire, Ph. D., codirecteur
Professeur, Université du Québec à Trois-Rivières

M. Johannes A. Frasnelli, Ph. D., président du jury
Professeur, Université du Québec à Trois-Rivières

M. Patrice Voss, Ph. D., évaluateur externe
Professeur, Université McGill