Développement du comportement préventif au travail chez les élèves en apprentissage d’un métier

 – Alexandra Lecours a soutenu sa thèse en sciences biomédicales –

Le blogue d’information En Tête de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) présente le résumé de thèse de doctorat en sciences biomédicales, intitulée «Développement du comportement préventif au travail chez les élèves en apprentissage d’un métier».

Alexandra Lecours, doctorante en sciences biomédicales.

Les connaissances actuelles indiquent que les jeunes travailleurs présentent un risque élevé d’atteintes à la santé ou à la sécurité dans le travail et ce, même lorsqu’ils ont complété une formation professionnelle. Divers facteurs explicatifs, dont un manque de formation à la prévention, sont évoqués dans les écrits scientifiques. Dans l’optique d’optimiser les interventions de prévention réalisées en amont de l’exposition aux risques d’atteintes à la santé ou à la sécurité dans le travail, cette recherche avait pour objectif de comprendre comment la formation contribue au développement du comportement préventif au travail chez les élèves en apprentissage d’un métier dans le cadre d’un programme d’études professionnelles.

La recherche a été réalisée selon un devis mixte incluant à la fois des approches méthodologiques qualitative et quantitative et a mobilisé la participation de 11 enseignants et de 129 élèves à la formation professionnelle. Quatre objectifs spécifiques ont été poursuivis, soit:

1) explorer l’expérience des enseignants en relation avec le support au développement du comportement préventif au travail des élèves;
2) explorer les facteurs associés au comportement préventif au travail des élèves;
3) concevoir des ateliers de formation visant à supporter le développement du comportement préventif au travail des élèves;
4) mesurer l’efficacité de ces ateliers de formation sur le développement du comportement préventif au travail des élèves pendant leurs études à la formation professionnelle.

Par ses résultats, cette recherche a permis de comprendre que la formation professionnelle contribue de plusieurs façons au développement du comportement préventif au travail des élèves. Tout d’abord, les enseignants y jouent un rôle primordial en étant des modèles, en sensibilisant les élèves à l’importance de la prévention et en leur enseignant des méthodes de travail sécuritaires. Toutefois, l’interprétation des résultats de cette recherche a permis de comprendre que les enseignants se heurtent à plusieurs défis au quotidien, dont leur propre manque de formation en lien avec la prévention et le peu de ressources dont ils disposent en soutien à leurs activités d’enseignement de la prévention.

Ensuite, la recherche a permis de comprendre que la formation professionnelle soutient plusieurs facteurs, à des degrés divers, étant associés au comportement préventif au travail des élèves. Entre autres, il appert que le type de formation à la prévention offert aux élèves aurait une influence sur le développement de leur comportement préventif au travail; une formation spécifique au métier à apprendre étant plus efficace. Des éléments liés à la culture des programmes et des écoles de formation contribueraient également au développement du comportement préventif au travail de l’élève. Enfin, des facteurs personnels à l’élève, comme la motivation en regard de la prévention, seraient aussi à prendre en compte dans la compréhension du phénomène.

Finalement, cette recherche a permis de concevoir, d’implanter et de reconnaître l’efficacité d’ateliers de formation spécifiques au métier à apprendre afin d’outiller les enseignants dans leurs rôles au regard du support au développement du comportement préventif au travail des élèves, mais également d’amorcer le développement d’une culture de prévention au sein des centres de formation professionnelle. Cette démarche a permis la création d’outils pédagogiques concrets permettant d’améliorer la contribution de la formation professionnelle au développement du comportement préventif au travail des élèves.

En bref, la recherche présentée dans cette thèse a permis de dresser un portrait de la réalité du milieu de la formation professionnelle en regard du développement du comportement préventif au travail des élèves qui s’y engagent, d’y dégager les bons coups et de mettre en lumière les éléments à bonifier, tout en suggérant des dispositifs d’amélioration efficaces.

Soutenance de thèse de doctorat en sciences biomédicales ayant eu lieu le 6 septembre 2017

De gauche à droite: Pierre-Yves Therriault, Ph. D. (UQTR), Céline Chatigny, Ph. D. (UQAM), Alexandra Lecours, étudiante, Valérie Poulin, Ph. D. (UQTR), François Guillemette, Ph. D. (UQTR), et Hugues Leblond, Ph. D. (UQTR).

Membres du jury

M. Pierre-Yves Therriault, Ph. D., directeur de recherche
Professeur, Département d’ergothérapie
Université du Québec à Trois-Rivières

Mme Valérie Poulin, Ph. D., présidente rapporteure
Professeure, Département d’ergothérapie
Université du Québec à Trois-Rivières

M. François Guillemette, Ph. D., évaluateur interne
Professeur, Département des sciences de l’éducation
Université du Québec à Trois-Rivières

Mme Céline Chatigny, Ph. D., évaluatrice externe
Professeure, Département d’éducation et formation spécialisées
Université du Québec à Montréal