René Hardy reçoit la Médaille Luc-Lacourcière

M. René Hardy, membre associé du Centre interuniversitaire d’études québécoises, a récemment obtenu la Médaille Luc-Lacourcière pour l’excellence de son ouvrage intitulé Charivari et justice populaire au Québec, publié au Septentrion en 2015. Ce prix est décerné depuis 1978 par le Centre de recherche Cultures-Arts-Société (CELAT), pour souligner la contribution d’un ouvrage ayant marqué le domaine de l’ethnologie et publié en français en Amérique du Nord.

Professeur retraité depuis 2003, M. René Hardy est toujours actif auprès du Centre de recherche en Études québécoises.

René Hardy a reçu les félicitations du jury pour son approche qui renouvelle des questions classiques en ethnologie, son érudition et sa capacité à conduire un enquête qui jumelle l’ethnologie, la sociologie et l’histoire de la culture. Les membres du jury ont aussi apprécié la confrontation entre pratiques anciennes et récentes des contestations des inégalités, des injustices et de l’ordre établi, qui donne à la démarche ethnologique une actualité et promet d’attirer un nouveau lectorat.

Le CELAT, autrefois Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions, est issu de la Chaire des archives de folklore de l’Université Laval, créée en 1944. Il est constitué formellement en tant que Centre depuis 1975 et il fut le premier à être reconnu par l’Université Laval dans le domaine des sciences humaines et sociales. Depuis 2000, il existe en tant que centre tri-universitaire et interdisciplinaire intégrant des chercheurs de l’Université Laval, de l’UQAM, de l’UQAC, de l’UdeM, de l’Université Mc Gill et aussi de l’Université d’Ottawa.