Une spécialiste de la scoliose idiopathique en visite à l’UQTR

Pour la septième édition du Mois de la scoliose (MDLS), la docteur Carole Fortin, professeur-adjointe adjointe à l’École de réadaptation de l’Université de Montréal et chercheure au CHU sainte-Justine, a prononcé une conférence devant les étudiants du programme de doctorat de premier cycle en chiropratique. Des étudiants en provenance d’autres programmes en sciences de la santé dispensés à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) étaient également dans l’assistance.

On reconnaît Chantal Doucet, professeure au Département de chiropratique de l’UQTR, en compagnie de Carole Fortin, conférencière, et de Louise Marcotte, chiropraticienne.

Cette activité est organisée chaque année par la professeure-clinicienne Chantal Doucet ainsi que par Louise Marcotte chiropraticienne (pratique privée), en collaboration avec la Clinique universitaire de chiropratique. La conférence, qui s’inscrit dans le cadre du volet scientifique du Mois de la scoliose, est une belle occasion de faire rayonner le Département de chiropratique et l’UQTR, tout en favorisant les échanges interprofessionnels entre les différents départements en santé de l’Université.

Au cours de sa présentation, la Dre Fortin a abordé l’importance de la détection précoce afin d’identifier les scolioses à potentiel progressif chez le jeune adolescent en croissance. Elle a également effectué un survol des étiologies multifactorielles de la scoliose. Ses propos ont par ailleurs permis de mieux comprendre les enjeux de la rééducation posturale en passant par les mécanismes biomécaniques et les déficits neurophysiologiques en cause. L’activité s’est poursuivie par des démonstrations de correction de la posture en présence de sujets scoliotiques, une initiative qui a été chaleureusement accueillie par l’ensemble des étudiants.

Les intérêts de recherche de la conférencière invitée portent sur la compréhension des mécanismes biomécaniques et neurophysiologiques pour la rééducation de la posture et du mouvement auprès d’enfants et d’adolescents présentant une scoliose idiopathique.