Michael Tellier, notre Fierté UQTR de décembre

Chaque mois, les Services aux étudiants (SAE) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) soulignent le cheminement exceptionnel d’un étudiant qui se démarque pour toutes sortes de raisons. En ce mois de décembre, nous vous présentons Michael Tellier qui est à la maîtrise en administration des affaires (MBA-CPA) en plus de s’impliquer fortement, depuis quelques années, dans la réussite des nombreux étudiants qu’il a aidés.

Au mois d’août 2015, alors étudiant au baccalauréat en sciences comptables (intensif), Michael est interpellé par une offre d’emploi des SAE pour devenir mentor. Il tente sa chance et il est sélectionné. C’est à ce moment, selon lui, que sa vie a changé, car c’est la confirmation qu’aider les autres est sa voie et, plus encore, c’est grâce à ce travail qu’il découvre sa vocation pour l’enseignement aux niveaux supérieurs. Depuis, en tant que mentor, il a aidé plus d’une centaine d’étudiants et, à la session d’automne 2017, il a contribué à la révision et à l’animation de la formation offerte aux nouveaux membres de l’équipe.

Être mentor est ce qui lui a permis de mettre le doigt sur sa passion : contribuer à la réussite des étudiants. À partir de ce moment, Michael saisit toutes les opportunités pour acquérir de l’expérience en enseignement:

  • Dès la session d’automne 2016, il offre des séances de problèmes dirigés au département des sciences comptables dans le cadre du cours CTB1028 (Comptabilité financière II : investissement et financement). Il conçoit, entre autres, des gabarits Excel pour faciliter l’enseignement, maximiser le temps et la compréhension des étudiants.
  • À la session d’hiver 2017, il intervient sur le wikiFISC pour répondre à près de 250 questions posées par les étudiants du MOOC (Cours en ligne ouvert aux masses – environ 6500 étudiants inscrits alors) sur la littératie financière et fiscale ouverte à tous. Son sujet attitré est la planification financière et il collabore avec le professeur Marc Bachand.
  • À cette même session, il commence un microprogramme de 2e cycle de formation initiale en enseignement au collégial (MIFIEC) à l’Université de Sherbrooke pour garnir sa trousse de nouveaux outils pédagogiques.

Lors d’un de ses cours au MIFIEC, en explorant la pyramide de rétention de l’information, Michael est sidéré d’apprendre que seulement 10% de l’information transmise à l’oral est retenue. Il se donne alors comme mission de multiplier ses techniques pédagogiques pour aller au-delà de ce 10%: il utilise des images, des supports visuels (tableau blanc, Excel…) et de nombreuses expressions imagées pour vulgariser des notions complexes, avec le souci d’offrir une réponse aussi claire que possible. Il développe des outils qu’il partage ensuite aux étudiants en leur disant «Quand vous êtes avec moi, écoutez et ensuite vous relirez tout ça. Ne vous inquiétez pas de tout prendre en notes.» Il aime «donner de la vie aux apprentissages, frapper l’imaginaire pour que les étudiants s’en souviennent aux examens». Cela fonctionne, car ils lui en reparlent (ceux qui le connaissent doivent se rappeler de ses bonhommes).

La Conception universelle de l’apprentissage (CUA) le rejoint, car cette façon d’enseigner invite à diversifier les méthodes d’enseignement en reconnaissant la «variabilité» des apprenants. Selon Michael, « l’engagement à faire des outils, chaque action supplémentaire, peut faire toute la différence dans la compréhension d’un étudiant». Comment mentor, il souhaite aider les étudiants à trouver des façons d’apprendre qui les rejoignent et qu’ils pourront réinvestir. Il affirme: «Je n’y suis que pour 0,01%, leur réussite leur revient». Il n’hésite d’ailleurs pas à pousser les étudiants à se questionner, voire à douter de leurs réponses, afin de démystifier les notions importantes.

Michael est reconnu de tous (étudiants, enseignants et employés des SAE) pour en offrir plus que ce qui lui est demandé. Le professeur Bachand dit de ce dernier que « ce qui m’a impressionné c’est qu’il a toujours livré la marchandise et même bien au-delà des attentes».

Depuis la session d’automne 2017, Michael est inscrit à la maîtrise et il est impliqué dans le comité de son programme afin de continuer de faire changer les choses. Il a choisi de s’impliquer pour agir. Les étudiants qui l’ont eu comme mentor, souvent, le redemandent, ce qui est une marque d’appréciation importante. Le professeur Marc Bachand ajoute qu’« il a tout fait au département» par sa grande implication.

Parce que Michael a su, sait et saura faire une différence dans la réussite des étudiants, les Services aux étudiants sont fiers de le nommer Notre Fierté UQTR.