Tristan Milot élu directeur du CEIDEF

Tristan Milot, professeur au Département de psychoéducation, a été élu le 22 mars dernier à la direction du Centre d’études interdisciplinaires sur le développement de l’enfant et la famille (CEIDEF) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) pour un premier mandat de trois ans qui débutera le 1er juin. Il succède à Carl Lacharité, qui dirigeait le CEIDEF depuis sa création en 2009.

Le professeur au Département de psychoéducation Tristan Milot prendra la direction du CEIDEF à compter du 1er juin 2017. (Photo Marc Ludvik)

Détenteur d’un doctorat en psychologie de l’UQTR avec spécialisation en enfance et d’un postdoctorat de l’Université Laval, Tristan Milot a obtenu un poste de professeur au Département de psychoéducation de l’UQTR en janvier 2011 après avoir œuvré deux ans comme professeur à l’Université de Sherbrooke.

Chercheur régulier au CEIDEF depuis l’automne 2011, le professeur Milot est également chercheur universitaire au Centre jeunesse de Québec – Institut universitaire et chercheur régulier au Groupe de recherche et d’intervention en négligence (GRIN) de l’UQTR. Ce dernier regroupement vient d’ailleurs d’obtenir un financement de près de 600 000 $ de la part du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC).

Tristan Milot connaît bien le CEIDEF, non seulement pour y œuvrer comme chercheur régulier depuis près de 6 ans, mais aussi pour avoir été supervisé par des chercheurs du Groupe de recherche en développement de l’enfant et la famille (regroupement ayant précédé le CEIDEF) lors de ses études doctorales et pour y avoir agi à l’époque comme assistant de recherche, puis comme professionnel.

«Je suis très heureux de prendre la direction du CEIDEF, assure le chercheur. Entre autres défis, je compte travailler à garder vivant l’esprit résolument interdisciplinaire et communautaire qui y règne depuis ses débuts, de même que poursuivre le développement de son offre en transfert des connaissances.»

Les travaux de recherche de Tristan Milot s’inscrivent dans le cadre de la théorie de l’attachement et des théories sur les traumas. Il s’intéresse aux familles qui vivent des situations de négligence et de maltraitance, et il participe également au développement et à l’évaluation de pratiques d’intervention auprès d’enfants et d’adolescents traumatisés, notamment ceux recevant des services en protection de la jeunesse. Le chercheur a récemment obtenu deux subventions Savoir du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) sur ces questions, l’une à titre de chercheur principal et l’autre à titre de cochercheur.