Le navire de recherche de l’UQTR accueille des étudiants en écologie aquatique

– Mission scientifique sur le Lampsilis –

Le navire de recherche Lampsilis de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a accueilli, les 25 et 26 août derniers, une douzaine d’étudiants en écologie aquatique pour la réalisation d’un stage scientifique portant sur le fleuve Saint-Laurent.

La Lampsilis est le navire de recherche de l'UQTR.

La Lampsilis est le navire de recherche de l’UQTR.

Cette mission s’inscrit à l’intérieur d’un cours en écologie fluviale d’une semaine, pendant lequel des étudiants à la maîtrise et au doctorat, venus du Québec et de l’Ontario, réalisent des projets leur permettant de mieux comprendre le fonctionnement des écosystèmes fluviaux, sous la direction de professeurs-chercheurs de l’UQTR.

«Bien que certaines universités canadiennes offrent des stages en océanographie, aucune ne propose de stage en écologie fluviale, malgré la présence de très grands fleuves au Canada et leur importance socioéconomique. Cette mission scientifique sur le Lampsilis donne donc aux étudiants une chance unique de parfaire leur formation en écologie, tout en manipulant plusieurs appareils de pointe. Ces stagiaires peuvent aussi recueillir différents échantillons de poissons, invertébrés, sédiments et autres, de même que des données physicochimiques variées. Les éléments de cette cueillette sont analysés en laboratoire, à l’UQTR », d’expliquer le professeur Gilbert Cabana du Département des sciences de l’environnement de l’UQTR, qui a accompagné les étudiants sur le Lampsilis.

Le professeur Cabana offre le cours en écologie fluviale en compagnie de son collègue Andrea Bertolo, du même département. Tous deux sont membres du Centre de recherche sur les interactions bassins versants – écosystèmes aquatiques (RIVE) de l’UQTR. Pour la mission sur le fleuve Saint-Laurent, le navire Lampsilis était opéré par la corporation REFORMAR.

Programme ÉcoLac

Ce cours en écologie fluviale est offert dans le cadre du Programme de formation orientée vers la nouveauté, la collaboration et l’expérience en recherche (FONCER) du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) du Canada en écologie lacustre et fluviale (ÉcoLac). Lancé au printemps 2014, le programme ÉcoLac se déroule sur six ans et comporte plusieurs cours et ateliers, ainsi que des stages nationaux et internationaux destinés à de jeunes professionnels en écologie aquatique.

«Coordonné par l’UQTR, le programme ÉcoLac vise à préparer une relève qui possède non seulement une solide formation interdisciplinaire en écologie aquatique, mais aussi les habiletés nécessaires pour faire un passage rapide et efficace chez les employeurs. Ces derniers disent apprécier la compétence scientifique des finissants universitaires, mais considèrent qu’ils affichent des lacunes importantes vis-à-vis des réalités du monde du travail. C’est ici que le programme ÉcoLac trouve sa raison d’être», d’expliquer le professeur Pierre Magnan du Département des sciences de l’environnement de l’UQTR, responsable du programme FONCER – CRSNG ÉcoLac et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie des eaux douces.

Financé par le CRSNG et plusieurs universités participantes (UQTR, Université de Montréal, UQAM, Université McGill, Université Concordia, UQAC, Université Laurentienne et Université du Nouveau-Brunswick), le programme ÉcoLac bénéficie d’un budget total de 3,78 millions de dollars. De ce montant, 80 % sera attribué à plus d’une centaine d’étudiants en six ans, sous forme de bourses et d’allocations permettant de participer à des activités de formation.

Notons qu’il existe actuellement une demande croissante en personnel hautement qualifié dans le domaine de l’écologie aquatique. Cette situation est due aux importantes modifications environnementales subies par les écosystèmes lacustres et fluviaux, en raison notamment de l’exploitation des ressources, de l’agriculture intensive et des changements climatiques.